• par (Libraire)
    11 octobre 2021

    Tellement juste et subtil

    C’est une petite silhouette d’enfant. On ne voit d’elle qu’une pèlerine, des petits pieds qui dépassent. Et pourtant elle nous montre de suite que le bambin est un petit être malheureux. Il suffit, quelques cases plus loin, à Arnaud Monin, avec son crayon, de baisser la capuche et de nous montrer le regard du petit garçon pour comprendre le désarroi d’un enfant perdu dans un univers nouveau. Tout le talent, qui a fait l’immense succès du précédent diptyque de Zidrou et Morin, réside dans cette légèreté formelle à montrer et à narrer des faits difficiles, sans pathos mais avec une douceur infinie, y compris pour évoquer des drames intimes.

    Si le thème de l’adoption reste celui de ce nouvel opus, le point de vue retenu cette fois-ci est totalement différent. La famille de Gabriel était touchante. La famille Guitry, qui va adopter Wajdi, petit enfant yéménite de 10 ans, l’est beaucoup moins. On pourrait la qualifier de bonne famille « bobo », le père adoptif, dentiste, donc toujours « sur les dents » comme il aime le préciser, formule sa bonne action avec les habituels poncifs: « il arrive un moment où tu as envie de renvoyer l’ascenseur à la vie, où tu as envie de te sentir … utile ». La mère adoptive, quant à elle, a une motivation plus individuelle, personnelle, ancienne. Sous le vernis d’une « bonne action » se cachent, consciemment ou inconsciemment, des motivations plus égoïstes: donner certes, mais aussi recevoir et combler des vides.

    Les auteurs s’interrogent, avec le lecteur, sur les raisons qui poussent des couples à adopter. Echec personnel, vide existentiel, réparation, charité, autant de motivations qui peuvent animer les Guitry, mais auxquelles il manque l’essentiel: l’amour d’un enfant, pour ce qu’il est. Le dessin, tout en subtilités, montre en creux que seule, la fille des Guitry, Ess, se met à hauteur de Wajdi, pour lui parler, les yeux dans les yeux. A genoux. A hauteur d’enfant. Les adultes, de leur hauteur, veulent l’embrasser, le serrer, plus pour eux-mêmes que pour lui, un geste perçu comme un étouffement que Wajdi ne peut supporter.

    Là est l’autre force de cet album: montrer la difficulté d’être adopté pour un enfant de la guerre, à qui l’on parle de son périple migratoire comme d’un exploit physique mais dont le voyage n’est avant tout, pour lui, que des milliers de kilomètres de fuite, de peur, de traumatisme. C’est dans le lit, le soir, transformé en tente, que surgissent les images de violence et de la mère et de la soeur perdues. L’adoption est pour Wajdi le paradis et l’enfer. Son regard, sur lequel de nombreuses cases s’attardent, montre son désarroi mais aussi la violence qui l’anime, lui qui voulait juste un endroit pour se reposer, dormir et oublier et à qui on demande d’être vierge comme un nouveau né.

    « Dix ans Tu dis ? Tu aurais pu en prendre un plus petit ».

    Le registre est grave, douloureux, complexe et le récit de, Zidrou décrit par petites touches subtiles, les mécanismes d’une adoption vouée a priori à l’échec. « Les meilleures intentions ont parfois les pires conséquences » proclame la quatrième de couverture. Zidrou déclare s’être inspiré de deux histoires réelles ce qui contribue à la force du récit, imprégné de nos quotidiens, comme le sont les amis, la famille, si chargés de préjugés, de principes moraux inadaptés et qui permettent aux auteurs traiter des multiples aspects de l’adoption, entre paternalisme, bonne conscience et odieuse charité.

    Avec Gabriel, le bonheur d’adopter était dans le bouleversement d’une fin de vie avec beaucoup de joies à la clé. Avec les Guitry, l’adoption révèle avant tout beaucoup de souffrances cachées avec beaucoup de larmes à la clé. Au moins à la fin de ce premier tome.