Un moment à Pékin / Enfances chinoises, Volume 1, Enfances chinoises
EAN13 : 9782877309950
ISBN :978-2-87730-995-0
Éditeur :Philippe Picquier
Date Parution :
Collection :PICQUIER POCHE (1)
Nombre de pages :609
Dimensions : 17 x 11 x 2 cm
Poids : 358 g
Code Dewey :360

Un moment à Pékin / Enfances chinoises

Volume 1, Enfances chinoises

Vendu par Librairie Mots et Images (Guingamp 22200)

11.50€

1 Commentaire 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

5 étoiles

Par .

Riche commerçant pékinois M.Yao vit dans l'opulence sans se soucier de ses affaires qu'il a confiées à son beau-frère. Libre-penseur et taoiste, il est à la tête d'une famille nombreuse et aimante. Il ne souhaite pas que ses filles bandent leurs pieds et veut qu'elles fassent des études. Son seul souci est son fils aîné, Tijen. L'héritier de la fortune familiale est une forte tête qui désobéit sans cesse à son père, ne s'intéresse ni aux études, ni aux affaires, dépense sans compter et s'est entiché d'Ecran d'Argent, une simple servante. Heureusement, ses filles lui donnent toute satisfaction, surtout Moulane, la deuxième, qui est ne se contente pas d'être très belle, elle est aussi vive, intelligente et possède les meilleures manières du monde. Par son intermédiaire, les Yao se sont liés aux Tseng, une autre famille très en vue à Pékin. Leur amitié remonte à l'année 1900 quand les Yao, fuyant la capitale devant l'avancée des Boxers, avait été séparés de Moulane, enlevée et séquestrée par des voleurs d'enfants. C'est M.Tseng, reconnaissant l'enfant, qui avait payé la rançon et délivrée la petite fille. Depuis, les deux familles sont unies par des liens d'amitié, de respect et de gratitude et les Tseng verraient d'un bon œil un mariage entre Moulane et leur troisième fils, Sunya. Parmi les jeunes chinois, des idées nouvelles circulent, venues d'Occident, dont celle d'un mariage choisi et non imposé par la famille. M.Yao, adepte du progrès, caresse parfois le projet de laisser ses filles libres de se choisir un époux, mais la tradition est plus forte que ses bonnes intentions...

[Lire la suite ...]