Les passagères du 221
EAN13 : 9782867469626
ISBN :978-2-86746-962-6
Éditeur :Liana Levi
Date Parution :
Collection :Littérature
Nombre de pages :112
Dimensions : 21 x 14 x 1 cm
Poids : 165 g

Les passagères du 221

Vendu par Librairie Mots et Images (Guingamp 22200)

14.00€

Autre version disponible :

Ebook - Liana LeviEn stock10,99 €

Il n’y a pas si longtemps que Paul conduit le 221 : une ligne ordinaire, une heure et demie de parcours, vingt-sept arrêts, peu d’incidents, la foule bigarrée d’une banlieue de grande ville… Ce qui a fini par l’intriguer, ce sont ces femmes qui, entre midi et treize heures, montent les bras encombrés de volumineux sacs de linge. Maintenant, il sait qu’elles descendront toutes au même arrêt : le centre de détention. Parmi elles, ce lundi-là, il y a Maryse, Marie-Jo, Naïma, Fatou, Mireille… Dans le huis clos du bus, chacune se remémore la vie d’avant la prison, le jour où tout a basculé, les confidences lors de la dernière visite, la litanie du règlement, l’angoisse au passage des portiques de sécurité, l’appréhension des retrouvailles… Toutes se concentrent sur le moment le plus attendu mais aussi le plus redouté de la semaine. Le parloir. 45 minutes dans 3 m2, tout ce qui leur reste de leur homme. Aussi, lorsque Mireille fait un malaise et que Paul stoppe le bus, les passagères du 221 se lèvent. Pour une fois, elles font bloc et sortent du silence.

2 Commentaires 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

5 étoiles

Par . (Librairie Mots et Images)

Les passagères du 221 font régulièrement ce trajet en bus, jusqu'au parloir tant attendu, et inquiétant à la fois.
Elles y retrouvent leurs fils, petits fils, maris, et parfois, personne.
Vif, poignant, touchant, militant..à lire!

Commentaires des libraires

vie moderne

4 étoiles

Par .

Leurs maris, amants, petits-fils sont incarcérés pour différents motifs.
Ces femmes prennent une fois par semaine le bus 221 vers la prison chargées de lourds sacs de linge.
Paul, le conducteur du bus, les reconnaît à chaque fois.
Par courts chapitres, nous découvrons la vie de ces femmes courageuses qui font parfois des milliers de kilomètres pour être présente à un parloir.
Nous découvrons aussi le parcours des incarcérés, leur motif d’emprisonnement.
Si le style ne m’a pas emballé, ces femmes me sont restées présentes en mémoire longtemps après avoir refermé ce livre qui se lit le temps d’un trajet vers la prison.

L’image que je retiendrai :
Celle des sacs aux motifs variés que Paul, le conducteur, aime à regarder.

Une citation :
"Et cette phrase telle une vague qui roulerait inlassablement… Mes sanglots violentent l’automne… " (p.73)

https://alexmotamots.fr/les-passageres-du-221-catherine-bechaux/