Ceux que je suis
EAN13 : 9782363391186
ISBN :978-2-36339-118-6
Éditeur :Finitude
Date Parution :
Nombre de pages :256
Dimensions : 20 x 14 x 2 cm
Poids : 292 g

Ceux que je suis

« Le Maroc, c’est un pays dont j’ai hérité un prénom que je passe ma vie à épeler et un bronzage permanent qui supporte mal l’hiver à Paris, surtout quand il s’agissait de trouver un petit boulot pour payer mes études. »
Marwan est français, un point c’est tout. Alors, comme ses deux frères, il ne comprend pas pourquoi leur père, garagiste à Clichy, a souhaité être enterré à Casablanca. Comme si le chagrin ne suffisait pas. Pourquoi leur imposer ça ?
C’est Marwan qui ira. C’est lui qui accompagnera le cercueil dans l’avion, tandis que le reste de la famille ­arrivera par la route. Et c’est à lui que sa grand-mère, dernier lien avec ce pays qu’il connaît mal, racontera toute l’histoire. L’incroyable histoire.

2 Commentaires 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

Connait-on toujours ceux que nous sommes ?

5 étoiles

Par . (Librairie Mots et Images)

Avec pudeur et sensibilité, Marwan tire les fils de l'histoire de son père à l'occasion de ses obsèques au Maroc. Il est temps pour lui de découvrir peut-être un écho à sa propre vie ...
Un magnifique roman sur la transmission !

Commentaires des libraires

Retour aux sources

5 étoiles

Par .

« Combien de fois me demande-t-on, très gentiment, si Mansouri c'est un nom
italien ? Et quand je réponds _Non, marocain_ , on me lance à chaque fois
_Aaaah, je me disais bien que vous n'étiez pas français_. Si, je suis
français. Je suis né ici. Je n'ai jamais vécu ailleurs. »

Marwan, professeur d'histoire-géo n'est pas à proprement parler fatigué
d'expliquer son prénom et son nom mais, il veut bien l’admettre, il n'a jamais
eu d'attachement pour le Maroc, pays de ses parents. Sa vie, même imparfaite
et insatisfaisante en banlieue parisienne lui convient. Sa rupture d’avec sa
petite amie de longue date, Capucine, ne l'agace pas outre-mesure. Il ne
s'entend pas très bien avec son grand frère et, si l'on excepte son amitié
avec Kabic, chez qui il trouvait refuge pour faire ses devoirs lorsqu’il était
gamin, Marwan serait presque inintéressant. Pas antipathique, non,
juste...quelqu'un que l'on aurait envie de secouer pour qu'il reprenne sa vie
en mains !

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u