EbookShégués, Roman
Éditeur :Le Lys Bleu Éditions
Date Parution :
Langue : français

Shégués

Roman

EAN13 : 9782851137951

• Fichier EPUB avec Marquage en filigrane [Aide]

3.99€
**Suivez le parcours d'une orpheline de mère dont la vie prendra rapidement
des allures de cauchemar !**

Marie est une orpheline de mère délaissée par son père devenu alcoolique. Elle
devra se battre seule pour sa subsistance. À la rencontre de Lydia, la
taulière du village et sa future marâtre, son destin prendra une tournure plus
dramatique.
Lydia rendra la vie difficile à Marie entre ses études et les travaux ménagers
faits à des heures incongrues, elle devra également être aux services des
enfants de sa belle-mère sous peine de bastonnade à pilon. Ses performances
scolaires en ont pris un coup, pour couronner le tout, elle sera expulsée par
Lydia après être accusée de sorcière.

**Vouée à elle-même, le calvaire de Marie finira-t-il ? Découvrez, à travers
ce témoignage romancé, la situation malheureuse des orphelins en Afrique.**

EXTRAIT

La situation s’empira de plus belle quand j’eus brûlé par maladresse l’un des
draps de la taulière. Ce jour-là, il y avait tellement de travail à l’auberge
; les jeunes bacheliers avaient organisé une fête dénommée « spécial bac »
pour célébrer leur réussite. Après les festivités, il fallait tout ranger ce
que je fis toute seule sur ordre de la maîtresse des lieux. Par la suite,
celle-ci me demanda de repasser le linge malgré la fatigue ; je me mis au
travail de peur de recevoir les coups de pilons de ma patronne ; c’est ainsi
que je brûlais le drap, ce qui irrita ma belle-mère.
Tu as brûlé mon drap ? je vois que tu ne connais pas vraiment à qui tu as à
faire, hein.
Je n’ai pas fait exprès, je m’en excuse.
Tais-toi tu l’as fait, mais c’est aujourd’hui que tu vas vraiment voir de quel
bois je me chauffe. Je compris que j’allais passer un mauvais quart d’heure ;
elle courut dans l’une des pièces et en sortie avec un détendeur. Couche-toi
ici ordonna-t-elle.
Pardon, je n’ai pas voulu brûler ton drap, balbutiai-je.
Cette dernière ne daigna même pas écouter mes supplications, elle me poussa au
sol et me roua de coups ; tout mon corps était plein de bleu, je n’arrivais
même plus à m’asseoir j’avais tellement mal ; on aurait dit qu’un éléphant
m’avait marché dessus. Je croyais que j’avais eu ma dose de la journée ; mais
oh que non ; une fois à la maison, ma belle-mère me convoqua cette fois si
devant mon père.

À PROPOS DE L'AUTEUR

**Martin Benoit Bwagnak** est originaire de Ndikiniméki au Cameroun. Après
une licence en philosophie en 2015, il s’inscrira à l’IRIC pour un programme
de master en développement durable. Il est fondateur de l’association SAY
(Solidarity with African Youths), dédiée à la lutte contre la précarité des
jeunes et des enfants. Il fut, pendant plusieurs années, membre des écoles
Pies (Congrégation des pères Piaristes). Il donne des cours de philosophie
durant ses heures libres dans un collège de la place.

Commentaires

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.