EbookHallebardes, Suivi d’un récit de Roberto Saviano. Illustrations de Günter Grass
Éditeur :Seuil
Date Parution :
Collection :Cadre vert
Langue : français

Hallebardes

Suivi d’un récit de Roberto Saviano. Illustrations de Günter Grass

EAN13 : 9782021423938

• Fichier EPUB avec DRM Adobe [Aide]

Impression :

Impossible

Copier/Coller :

Impossible

Partage :

6 appareils

Lecture audio :

Impossible

11.99€

EAN13 : 9782021423952

• Fichier PDF avec DRM Adobe [Aide]

Impression :

Impossible

Copier/Coller :

Impossible

Partage :

6 appareils

Lecture audio :

Impossible

11.99€

Autre version disponible :

Papier - SeuilEn stock16,00 €

Quelques mois avant sa mort, José Saramago avait entamé l’écriture d’un
nouveau roman ayant pour thème le commerce des armes et la responsabilité
individuelle. Ce récit demeuré inachevé raconte le conflit moral d’Artur Paz
Semedo, employé d’une usine d’armement qui, intrigué par le sabotage d’une
bombe pendant la guerre civile espagnole, décide d’enquêter à l’intérieur même
de son entreprise. Sa plongée dans le dédale des archives et les découvertes
qu'il y fait le poussent à réfléchir sur la guerre en tant que renoncement
éthique majeur de l’humanité, et sur le caractère apparemment inévitable de la
violence. Cette édition comprend les notes de travail de l’auteur sur la fin
qu’il envisageait de donner à cette histoire, ainsi qu’un texte inédit de
Roberto Saviano, écrit pour son ami José Saramago à l'occasion du dixième
anniversaire de sa disparition. Un an avant son propre décès, Günter Grass,
lui aussi prix Nobel de littérature, s’était joint à cet hommage en offrant
quelques-uns de ses dessins consacrés à la violence et la guerre. José
Saramago est né en 1922 à Azinhaga, au Portugal. Écrivain majeur du XXe
siècle, son œuvre, qui comprend des romans, des essais, de la poésie et du
théâtre, est traduite dans le monde entier. Il a reçu en 1995 le prix Camões,
la plus haute distinction des lettres portugaises, et le prix Nobel de
littérature en 1998. Il est décédé à Lanzarote en 2010. Traduit du portugais
et de l’italien par Geneviève Leibrich.

Commentaires

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.