EbookCharles le Goffic (1863-1932) ou la difficulté d'être breton (Biographie)
Éditeur :Editions des Régionalismes
Date Parution :
Collection :Radics
Langue : français

Charles le Goffic (1863-1932) ou la difficulté d'être breton (Biographie)

EAN13 : 9782824055503

• Fichier PDF sans DRM [Aide]

• Lecture en ligne [Aide]

• Fichier EPUB sans DRM [Aide]

• Fichier Mobipocket sans DRM [Aide]

10.99€

Autre version disponible :

Papier - Éditions des RégionalismesDisponible sur commande19,95 €

L a vocation bretonne de Charles Le Goffic, comme celle de la plupart des
Bretons de lettres, de Chateaubriand à Xavier Grall, est née d’une rupture
qu’il faut bien qualifier de révélatrice. C’est à Paris où il poursuit ses
études, c’est en Normandie où il commence sa carrière, que l’auteur de l’Âme
bretonne reçut une double révélation : celle d’une identité originale de la
Bretagne, d’une part, celle de son identité de Breton, de l’autre.

A partir du moment où il abandonne le professorat pour tenter une carrière
littéraire, parisienne et nationale, Charles Le Goffic ne revient plus en
Bretagne que pour de trop brèves vacances. A son expérience directe de la
Bretagne s’est très tôt superposée une connaissance livresque, la séparation
de l’Église et de l’État, va bientôt opposer deux Bretagne : l’une
républicaine et laïque, l’autre conservatrice et religieuse. Si par raison
Charles Le Goffic incline vers la première, ses sentiments, son « âme » le
poussent vers la seconde. C’est aussi l’époque où se manifestent les premières
velléités autonomistes et séparatistes. On ne traverse pas sans dommage de
telles tempêtes. Les hésitations du Trégorrois puis son engagement militant
et, vers la fin de sa vie, sa liberté d’esprit ne lui ont pas valu que des
sympathies.

C’est cet itinéraire assez exemplaire d’un écrivain breton sous la Troisième
République qui nous est ici restitué.

L’auteur, maître de conférence à la faculté des lettres de l’université de
Bretagne Occidentale, y enseigne la littérature française des XIXe et XXe
siècles, ainsi que la littérature bretonne d’expression française.

Commentaires

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.